Page en cours de chargement


Texte à méditer :  Quel est celui de vous qui voudrait tirer sur son empereur ?   - Napoléon aux Soldats du 5° à la rencontre de Laffrey
Spécial !
A la Une
L'association

Fermer 01 - Les statuts

Fermer 02 - Adhésion

Fermer 03 - Assemblée générale

Fermer 04 - Bulletin et Lettre d'Information de l’Amicale des Anciens du 5ème RI

Fermer 05 - Contact

Fermer 06 - Décorations

Fermer 07 - La vie de l'amicale

Fermer 08 - Les activités

Fermer 09 - Remerciements

Fermer 10 - Témoignages

In Memoriam

Fermer Batailles et traditons

Fermer Focus sur 1944-1945

Fermer Historique

Fermer Honnneur et respect aux soldats tués au champ d'honneur

Fermer Les Régiments Jumelés du 5

Fermer Les hommes

Fermer Plaquettes

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Historique - 1480 - 1569

Le 5e régiment d'infanterie est un des plus anciens et des plus illustres de l'armée française.

Vers 1480

Naissance des bandes de Guyenne qui, réunissant Basques et Gascons au service du roi de France, se distinguent à Marignan sous les ordres du chevalier Bayard.

1569

Erection du régiment des Gardes du Roi de Navarre, dont le premier chef de corps est le futur Henri IV. Le régiment se bat contre les catholiques lors des guerres de religion. Les victoires d'Arques et d'Ivry lui ouvrent les portes de Paris.

Henri IV Collection Association Navarre.

HENRI IV


Né à Pau, le 14 décembre 1553, il était le fils d'Antoine de Bourbon et de Jeanne d'Albret, reine de Navarre. Après avoir passé sa jeunesse dans le Béarn, il fut élevé, dès l'âge de huit ans, à la cour de France, avec ses cousins Valois, et reçut l'éducation d'un parfait gentilhomme. Sa mère lui dispensa une éducation calviniste. Dès 1569, il devint le chef du parti huguenot à La Rochelle, sous la tutelle de Gaspard de Coligny, lors de la troisième guerre de religion (1568-1570).

Son mariage, le 18 août 1572 à Paris, avec Marguerite de Valois, sœur de Charles IX et d'Henri III, fut décidé, après le traité de Saint-germain, en signe d'apaisement entre les deux communautés religieuses. Une semaine plus tard eut lieu le massacre de la Saint-Barthélemy : Henri de Navarre sauva sa vie en abjurant sa foi et en se laissant convertir de force au catholicisme. Retenu comme otage au Louvre, à la cour, pendant trois ans, il parvint à s'enfuir (février 1576), retrouva ses États du Sud-ouest, abjura la religion qu'on lui avait imposée et prit la tête des armées protestantes, avec lesquelles il guerroya. Henri IV s'imposa par des victoires sur la Ligue à Arques (21 septembre 1589) ainsi qu'à Ivry (14 mars 1590)!; il assiégea Paris, qui fut finalement secourue par une armée de Philippe II établie aux Pays-Bas espagnols. Henri exploita habilement les dissensions existant entre les membres de la Ligue — révélées lors de leurs états généraux tenus en 1593 —, le patriotisme français, avivé par les menées espagnoles et le désir d'un retour à la légitimité monarchique. Il désarma ses adversaires en abjurant sa foi calviniste à la basilique de Saint-Denis, le 25 juillet 1593 (la légende en a retenu le fameux : "!Paris vaut bien une messe!!!").

Henri IV fut enfin sacré à Chartres (24 février 1594) et fit son entrée royale dans Paris le 22 mars 1594. Henri IV pus alors travailler à restaurer l'État et le pouvoir monarchique, et surtout à reconstruire la France, déchirée par plus de trente ans de guerre civile. D'un caractère bonhomme et simple, il sus se rallier les Français grâce à son autorité, qu'il affirma avec fermeté également contre les nobles. Il fut aidé dans son entreprise par des conseillers choisis pour leur valeur, ex-ligueurs ou huguenots. Le principal d'entre eux, le duc de Sully, resta toujours protestant. Le plus important de ses ministres après Sully était Villeroy, ancien ligueur, homme de robe, véritable ministre des Affaires étrangères. Ce personnel politique stable fut à l'origine des grandes familles ministérielles de l'Ancien Régime. La restauration de l'autorité royale et la paix ramenèrent assez rapidement une certaine prospérité dans le royaume. Henri IV, secondé par Sully, réorganisa les finances et favorisa le développement économique de la France. L'agriculture, plus particulièrement, mais aussi l'industrie et le commerce furent encouragés. Le système selon lequel les fonctionnaires des Finances et du judiciaire achetaient leurs offices (héréditaires) à la couronne fut officialisé en 1604 par l'édit de la Paulette. La politique de travaux publics fut particulièrement importante et durable : Sully fit refaire routes et chemins, aménagea les voies navigables, fit construire des ponts, en particulier, le premier pont de Neuilly à Courbevoie en 1606.

Terminé en 1611, ce pont ne put être inauguré par l’instigateur, le poignard avait été plus efficace que le naufrage. Ces mesures furent, jusqu'en 1609, accompagnées par une politique extérieure en faveur de la paix, qui cherchait toutefois à isoler l'Espagne. Cependant, en 1610, Henri IV, qui disposait d'une armée entièrement réorganisée par Sully, décida de lancer la guerre contre les Habsbourgs dont les armées occupaient Clèves et Juliers depuis le début de l'année. Le roi s'apprêtait à rejoindre son armée lorsqu'il fut assassiné par Ravaillac, un catholique fanatisé, le 14 mai 1610, rue de la Ferronnerie à Paris.


Date de création : 08/04/2008 @ 16:51
Dernière modification : 09/04/2008 @ 20:45
Catégorie : Historique
Page lue 1565 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Calendrier
Boutique
Recherche



Webmestre - Infos
^ Haut ^